La start-up Cafe X Technologies a inauguré, lundi 30 janvier 2017, à San Francisco son premier kiosque à café 100% automatisé. Les commandes peuvent être réalisées à distance via une application mobile et les boissons sont préparées et servies par un bras robotisé conçu par Mitsubishi.

Après le premier « restau-robot » inauguré en août 2015 par Eatsa, San Francisco accueille désormais son premier « café-robot ». Cette fois-ci, c’est la start-up Cafe X Technologies, qui est à l’origine de l’initiative. Elle a inauguré, lundi 30 janvier 2017, un espace café entièrement automatisé à Metreon, un centre commercial situé dans le quartier South of Market (SoMa) de San Francisco.

Rien à voir avec un film de science-fiction : ici, pas de robots humanoïdes qui circulent entre les tables ou s’agitent derrière le comptoir. En réalité, le point de vente ressemble d’avantage à un kiosque qu’à un traditionnel café. A l’intérieur : deux machines à café professionnelles et un bras robotisé, conçu par Mitsubishi.

Un robot pour des cafés de qualité… et sans attente 

Interviewé par le magazine Fast Company, Henry Hu, le CEO de la start-up, explique que l’objectif n’est pas de remplacer les cafés traditionnels, lieux d’interactions sociales par excellence, mais de proposer aux clients la possibilité d’avoir des cafés de qualité, sans avoir besoin de faire la queue. Au total, sept boissons sont disponibles et chacune est proposée en trois déclinaisons, le tout pour un prix situé entre 2 et 3 dollars, contre 4 ou 5 dollars habituellement.

Les utilisateurs peuvent commander leur café à distance depuis une application mobile. Le café est alors préparé en moins d’une minute. Ils reçoivent ensuite un code à quatre chiffres par SMS qu’ils doivent entrer sur la tablette du kiosque pour récupérer leur boisson. S’ils n’arrivent pas à temps, (une fois prêt, le café est conservé pendant 8 minutes), ils peuvent recommander gratuitement un café à leur arrivée au point de vente. A court terme, la start-up souhaite pouvoir prioriser la préparation des commandes selon la géolocalisation des clients. Un double-expresso pourrait ainsi être préparé après un chaï tea latte, si celui qui l’a commandé se situe à une dizaine de blocs alors que le second est déjà juste à l’entrée du centre commercial.

Une levée de fonds de 5 millions de dollars

Sur place, un employé est présent pour contrôler la qualité du café, faire des ajustements si nécessaire et expliquer le fonctionnement du dispositif aux clients. Le salarié est aussi là pour faire des suggestions, apporter des précisions sur les différents types de grains de café ou encore proposer une sélection de shots de café pour aider un consommateur indécis à faire son choix. En somme, l’objectif est de permettre à l’employé « humain » d’avoir plus de temps pour échanger avec les clients afin de leur proposer une expérience personnalisée.

Si le concept pourrait ne pas séduire les inconditionnels des terrasses de café, il a déjà convaincu les investisseurs. L’année dernière, la start-up a bouclé un tour de table de 5 millions de dollars auprès de Khosla Ventures, Social Capital, Jason Calacanis, Felicis Ventures, Silicon Valley Bank et de la Thiel Foundation. La jeune pousse entend désormais déployer ses kiosques à travers les Etats-Unis. Elle en a déjà ouvert un à Hong Kong il y a un mois, où environ 1000 cafés sont servis chaque semaine.